© Emilie Mauger

Ouvertures des portes 20h

Concert 20h30

Concert debout

Tarifs
Plein tarif 13€, Tarif réduit 11€, Tarif adhérent 8€, Tarif minima sociaux 5€

Tarif spécial à 5 euros pour les étudiants sur présentation d'un justificatif, 30 minutes avant le début de la représentation.

Sur présentation de la carte d’adhérent de l’asso Venus in fuzz tarif réduit à 11€  le soir même au guichet ou en amont à la billetterie.

 

Johnny Mafia est né en 2010 à l’initiative de 4 lycéens. 2 albums, et près de 300 concerts plus tard, ils reviennent avec un tout nouvel album, sorti au printemps 2021 : Sentimental. S’ils ne perdent rien de leur folle énergie scénique, ils sont passé d’un garage rock post-punk, à une pop indie-rock, plus douce, qui laisse davantage la place à des influences majeures de longue date telles que Pixies et Breeders. Bon courage pour vous sortir leurs tubes de la tête !

Après un second album Princes de l’amour enregistré par Jim Diamond (The White Stripes) et largement plébiscité par la presse spécialisée, c'est vers la pointure locale Kris Banel, derrière les manettes de nombreux excellents disques punk rock français, que le groupe se tourne pour préparer la suite, enregistrée au studio Warmaudio à l’été 2020.

Composé sur une période bien plus resserrée que leurs disques précédents, le bien nommé Sentimental y gagne en cohérence comme en intensité.

Le groupe s'éloigne un peu du garage rock qui caractérisait leurs précédents disques, et laisse plus de place à des influences majeures de longue date, Pixies et Breeders en tête.

Sous de puissants murs de guitares que l'on penserait tout droit sortis à la grande époque de MTV, le groupe empile des titres furieux aux refrains indélébiles, empreints d'une étonnante sensibilité pop qui donne tout son sens au titre de ce nouveau disque. Et s'essaie à quelques judicieux arrangements sans perdre de vue l'essentiel.

Sentimental est l'un de ces disques dont on ressent à l'écoute que le groupe savait exactement où il voulait aller, et qu'il a su s'en donner les moyens. Un album d'indie rock spontané, décomplexé et particulièrement jouissif, un véritable classique instantané comme il n'en sort pas tous les jours en France.

Digne héritier de l’internet naissant et de la folie du MTV qui programmait Jackass et Dirty Sanchez, Dye Crap a la nostalgie du garage rock. Les 3 garçons du groupe et leur nouveau copain Serj, proposent un post-punk new-wave délirant et solaire qui vous rappellera celui de l’Australie et de la Californie et pourtant… ils sont bien normands !

 

 

 

 

 

chargement