Julien Lebrun

Ouverture des portes : 20h
Début du concert : 20h30

Placement assis

Tarifs  16€ | 14€ | 11€ | 10€ 

Tarif spécial à 5 euros pour les étudiants sur présentation d'un justificatif, 30 minutes avant le début de la représentation.

VAUDOU GAME

 

Sur ce quatrième album, avec un line-up entièrement revisité, Peter Solo se sépare pour la première fois de sa garde cuivrée, laissant saxophone, trompette et trombone hors des murs pour convier un arsenal de claviers à définir avec lui ce nouveau son vaudou. Un son, comme à l’habitude, construit sur du matériel vintage et strictement analogique, la crasse jusque sur les blancs de la bande, le mat répandu sur tout ce qui aurait vocation à vouloir trop briller dans le mix.

Guitares effilées qui scarifient les rythmiques de cocottes ou qui se retirent de quelques pas pour les larder de soli infectieux, le funk millésimé 70’s se déplace de quelques crans dans la timeline pour laisser les touches noires et blanches plaquer leurs accords bondissants comme leurs partitions les plus acides.

Tombant le masque énigmatique pour dévoiler son vrai visage, Peter Solo s’aventure sur quelques titres hors de sa gamme vaudou sacrée pour aller se reconnecter à ses années londoniennes, pour envoyer quelques clins d’oeil à cette période de sa vie où se sont écrits en lui des lignes de culture musicale britannique.

Noussin est le titre de ce quatrième EP, il signifie “Reste fort” en Mina, le dialecte majoritaire au Togo.

Noussin est un message d’espoir autant qu’un appel au rassemblement pour traverser la tourmente et ressortir meilleurs. Restons forts !

 

BAFANG

Une batterie, une guitare, quelques effets, deux voix, nul besoin pour BAFANG d’autre chose pour embarquer le public dans un voyage empli de fort agréables turbulences sonores. Sur scène (Trans Musicales, Papillons de Nuit, Beauregard, Reggae Sun Ska, Afrika Tage…) ou sur disque, comme sur leur explosif 1er album « Elektrik Makossa » (sortie automne 2020), les deux frères Enguerran et Lancelot, furieux pilotes de leur pirogue afro rock, nous entraînent sur les flots tumultueux d’un fleuve exubérant faisant de nous les témoins d’un spectacle unique qui réveille les esprits tout en faisant osciller les têtes et les corps.

Là, lorsque la puissance grasse du stoner vient se lover dans la douceur déchirante d’un blues du désert, quand les pulsations hard-rock viennent saturer l’air d’un groove aux contours world, l’étincelle peut alors se produire et transformer le cœur de ceux qui la contemplent en un magique brasier émotionnel.

L’univers de BAFANG est semblable à un big bang vertigineux où l’énergie scénique et l’urgence rock de Royal Blood viendrait fusionner avec la flamboyante guitare d’Hendrix et où la chaleur du désert magnifiée par le blues de Tinariwen prendrait les festives couleurs du makossa de Manu Dibango ou du groove imparable d’Earth, Wind and Fire.


 

chargement